Bilan des 10 ans

J’ai mis longtemps à trouver les mots pour parler de ces 10 ans!
Difficile d’être objectif, de faire ce bilan, laisser de côté l’émotion, la déception aussi, inévitable lorsque l’on est de nature trop positive et idéaliste…

1 – Les groupes présents ont été fantastiques, ils ont tous mis leur cœur, leur professionnalisme à rendre ces moments intenses. Leur bonheur était au moins aussi fort que celui du public présent.

Le Bignol Swing, malgré l’étroitesse de la scène, le doigt de Djé pas guéri, a réussi à faire une prouesse avec leur spectacle retravaillé pour l’occasion, bravo à eux!

Thomas Ottogalli a été égal à lui-même, et plus, grâce à son nouveau batteur vraiment prodigieux.

Alex Golino était fidèle à lui-même, talentueux, à son aise sur la scène!

Michel El Malem a régalé tout le monde par ses compositions, sa gentillesse. Il était là avec de super musiciens.

Adama Traoré en a surpris plus d’un en venant avec des musiciens qui accompagnaient si bien ses contes.

Fabrice Mounier prévu in extrémis en remplacement du Duo Corrientes, a su continuer l’évasion.

Le clou des 3 soirées, Salsa Ilegal, nous a prouvé une fois de plus qu’ils étaient les meilleurs grâce à leurs compositions, leur originalité dans ce domaine, des musiciens et des chanteurs de grand talent…

Tous méritent de tourner, et nous allons tout faire pour que les années à venir soient pour eux une continuité de ce travail démarré pour certains il y a des années!

2 – Laurence au son, nous a prouvé une fois de plus que l’on pouvait compter sur elle à tous points de vue.
Malek et le comptoir nous ont épaulés, les conditions étaient réunies pour que ce projet soit réussi.
Les partenaires nous ont soutenus par leur aide, leur présence, FIP, l’hôtel Régina…

3 – La déception est venue du public et des musiciens bordelais. Je pensais, naïvement, que tout le monde allait venir faire la fête avec nous, nous montrer que nous avions raison de nous investir pour tous ces artistes. Erreur fatale, le public présent le jeudi et le samedi, a été absent le vendredi, soir du Jazz avec des musiciens si rares sur Bordeaux.
Les musiciens girondins, totalement absent ces 3 soirées, pourront dire qu’ils jouaient tous les soirs, si c’est cela j’en suis ravie pour eux ,cela veut dire qu’il y a du travail. Sinon, pour quelle raison ne les as-t-on pas vus?
Je savais que ces trois jours apporteraient des réponses à mes questions, à mes doutes tout en me disant que j’avais tort d’avoir des idées négatives.
Nous savons que ce métier est difficile, cependant si chacun joue pour lui, avec son égo et son égoïsme, nous n’avançons pas. Or si nous n’avançons pas, nous reculons. L’humain est un éternel râleur mais il oublie bien souvent qu’il aurait tellement peu à faire ou à dire pour que les choses aillent un peu mieux!

Blue Fish va continuer son travail de fourmi, la route est longue, parsemée d’embûches mais le soleil est au bout…!

Un teaser sur la page d’accueil vous montre les principaux moments de ces soirées.